Bijuriya

Paul Neudorf + Jonathan Goulet

Gabriel est compositeur de musique et vocaliste expérimental. Bijuriya est artiste de drag inspirée par la culture Sud-asiatique. Gabriel valorise la prise de risques et l’innovation, évoluant au sein de scènes artistiques eurocentriques. Sur les réseaux sociaux et par le lip-sync, Bijuriya touche le cœur de personnes queer brunes. Bien que Gabriel et Bijuriya aient en commun la marginalité de leurs pratiques, leurs publics sont très différents. Gabriel et Bijuriya sont une seule et même personne ; il est temps de les réunir sur scène. Intervertissant constamment les codes entre le drag, le discours critique et le chant expérimental, cette pièce rend hommage à la brunitude de l’artiste en déclinant la gamme de ses talents surprenants. Une exploration décalée et vulnérable de son inaptitude à représenter entièrement leurs sous-cultures.

Gabriel Dharmoo est récipiendaire du Programme Alliance du MAI (Montréal, arts interculturels).

Les formes qui nous traversent

Johanna Moya

Les formes qui nous traversent ressuscite une trentaine de carnets de bord écrits à la main durant un long enfermement. Ce ciné-concert imaginé et porté par la poète de spoken word Hoda Adra, lui fait prendre la scène après son départ d’une fictive Brumanie – où des boules roses dans les gorges étouffent les voix. S’inaugure alors une première parole, vacillant entre timidité, autocensure, séduction, humour, maladresse, honte, urgence, satire… comme si elle apprenait à marcher. Et tout à coup, l’apparition mystérieuse d’une forme rose fluo: le fantôme-écrivain Ghostwriter. La nuit, il hante la cuisine et remplit des pages de théories existentielles. L’écriture vécue comme pouvoir de rapatriement de soi, partagée comme acte de résistance.

Hoda Adra est récipiendaire du Programme Alliance du MAI (Montréal, arts interculturels).

Pomegranate

© Angelo Barsetti

Dans Pomegranate, performance solo de la vétérane montréalaise Heather Mah, la danseuse revisite la vie de sa grand-mère. Il s’agit d’une épopée fragmentée à travers des récits familiaux et migratoires débutant en Chine, en 1895. Au cours de sa carrière, Heather a travaillé, en tant qu’interprète, avec quelques-unes des compagnies québécoises les plus audacieuses : la Compagnie Marie Chouinard, Lucie Grégoire Danse et Le Carré des Lombes, entre autres. En 2005, elle a obtenu un baccalauréat en psychologie avec distinction ainsi qu’un certificat en coaching de mieux-être. Elle danse toujours aujourd’hui, en plus d’agir comme enseignante en yoga danse, tout en appliquant des pratiques visant la promotion de la santé et de l’équilibre entre le corps et l’esprit.

Heather Mah est récipiendaire du Programme Alliance du MAI (Montréal, arts interculturels).

ZOM-FAM

© Val Bah

Performance solo de Kama La Mackerel, ZOM-FAM, combine poésie, conte et danse. À la fois personnel et politique, ZOM-FAM (qui signifie « homme-femme » en créole mauricien) est le récit d’un-e enfant transgenre vivant sur une plantation de canne à sucre à l’île Maurice pendant les années 1980-90. Maniant une multitude de voix et imprégnée d’une narration complexe, ZOM-FAM mêle invocations ancestrales, langues maternelles, débris de langages coloniaux et une subjectivité queer et délicate, dan un contexte d’esclavage et d’engagisme. Kama La Mackerel est un-e artiste pluridisciplinaire, écrivain-ne, éducateur-trice et médiateur-trice culturel-le qui vient de l’île Maurice et vit à Tio’tia:ke (Montréal) au Canada.

Kama La Mackerel est récipiendaire du Programme Alliance du MAI (Montréal, arts interculturels).

El Silencio de las Cosas Presentes

© Raphael Preux

Danse performative axée sur le partage polysensoriel de l’intime, El Silencio de las Cosas Presentes apporte une réflexion sur la sensation haptique et la douleur. Corps traversés par ses histoires personnelles et ses mémoires, déplacement de la perception et étrangeté corporelle modulent le corps des interprètes – Eduardo Ruiz Vergara, Sophie Levasseur et Marie Mougeolle. Appuyée par un paysage sonore immersif – Nathan Giroux –, El Silencio… évoque un chant polyphonique à la fois déconcertant et familier.

Chorégraphe, interprète et enseignant, Ruiz Vergara signe une vingtaine de créations depuis 2001. Son projet doctoral à l’UQAM porte sur la « poétique corporelle et le monde du sensible ».

Radio III

Radio III est une nouvelle création de Elisa HarkinsZoë Poluch et Hanako Hoshimi-Caines. L’œuvre est un prolongement de Radio 43, un projet présenté sous forme d’installation performative à Stockholm. Chanson, dialogue, appel et réponse, Radio III cherche à rythmer nos passés et nos futurs collectifs.

Autochtone aux origines cherokee et muscogee, Elisa Harkins est une compositrice et artiste qui se plaît à exhumer et à raconter les histoires autochtones. Artiste basée à Montréal, Hanako Hoshimi-Caines s’intéresse à l’engagement joyeux et critique que suscitent la danse et la chorégraphie. Zoë Poluch est une chorégraphe canadienne ayant obtenu sa maîtrise en chorégraphie à Stockholm.

Lévriers

© Chris Bull / Alamy Stock Photo
© Chris Bull / Alamy Stock Photo

Selon quels critères et au regard de qui réussit-on? Lévriers est une enquête théâtrale portée par la metteure en scène Sophie Gee et cinq individus qui, comme elle, ont refait leur vie à Montréal : une comédienne hollandaise, une danseuse québécoise, un joueur de rugby rwandais, un rappeur antillais et un homme d’affaires retraité juif. Au fil d’un laboratoire créatif, chacun cherche dans son parcours et sa culture comment définir le succès. Au-delà d’angoisses nord-américaines de performance et d’individualisme s’ouvre un débat complexe, touchant, existentiel.

Metteure en scène chinoise-canadienne diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada, Sophie Gee développe un univers unique, entre théâtre, danse, recherche et art contemporain.

representation décontractée

La séance du samedi 1er décembre à 15h est présentée
en représentation décontractée.

Tarifs
2 X 1 pour toutes les représentations décontractées.

Guide des repères visuels Lévriers – Français