Annonces

mai pour le MAI : Enrichissons ensemble l’imaginaire collectif

Chers amis du MAI,

Il y a quelques mois déjà, j’ai accepté avec fierté la présidence du conseil d’administration du MAI. Ayant moi-même profité du programme de mentorat du MAI au début de ma carrière, je crois sincèrement en son apport essentiel dans la vie des artistes et dans la vie culturelle de Montréal.

MAI a été durement touché par les multiples fermetures des deux dernières années. Mais il n’y a pas lieu de s’abattre car nous savons que notre communauté est tissée serrée et c’est pourquoi nous lançons la première campagne de financement annuelle du MAI !

En 2021, malgré 72 semaines de fermeture, nous avons permis à plus de 100 artistes, compagnies et partenaires de créer et d’enrichir notre imaginaire et notre vision du monde. Grâce à vos dons, nous accueillerons 36 artistes en résidence, nous présenterons 6 nouvelles productions et expositions et nous assurerons la poursuite de partenariats communautaires par le biais de notre programme Alliance.

En donnant au MAI, vous permettez aux artistes de contribuer à l’imaginaire collectif et vous jouez un rôle social important.

Aidez-nous à atteindre l’objectif de 10 000 $ !
Je fais mon don.

Pour bien lancer cette première campagne annuelle, je m’engage à jumeler les premiers 2 000 $ en dons. C’est un honneur de m’impliquer auprès de cet important organisme dans l’écosystème culturel et j’espère que ce geste vous encouragera à le soutenir également.

Je vous remercie chaleureusement, chers amis, pour votre engagement envers les artistes, la création et la communauté.

Sincèrement,

Manuel Mathieu
Président du conseil d’administration du MAI
Artiste multidisciplinaire

 

Photo : Discussion après spectacle de la performance Bijuriya de l’artiste drag et musicien Gabriel Dharmoo. Kama La Mackerel (animation) et Gabriel Dharmoo sont assis côte à côte et discutent après la performance.

Annonces

ENGAGEMENT À LONG TERME AVEC DES ARTISTES ASSOCIÉS

La pandémie a forcé beaucoup de gens à réfléchir. Nous avons été amené.e.s à considérer le passé, le présent et le futur. Quel est le prochain acte ? Quel chemin allons-nous emprunter ? Comment et dans quoi allons-nous investir pour le futur, et c’est le futur de qui dont il s’agit?

Dans cette optique, le MAI a l’honneur d’annoncer qu’Angie Cheng, Lara Kramer et Alexandra ‘Spicey’ Landé accompagneront l’organisation au cours des trois prochaines saisons en tant qu’artistes associées et commissaires de la programmation de la saison du 25ème anniversaire du MAI.  Chacune de ces trois artistes a une longue histoire avec le MAI à travers d’innombrables collaborations, qu’il s’agisse de création et de présentation, et/ou d’activités d’engagement public.

Angie, Lara et Alexandra sont des partenaires dans la réalisation du mandat et de la vision du MAI au fur, et à mesure que l’organisation avance. Elles examineront les pratiques et les politiques du MAI et feront des recommandations sur les changements à apporter pour que l’organisation soit accessible, accueillante et sûre pour tou.te.s – avec l’antiracisme au cœur de leur travail. 

Le MAI s’engage à développer un partenariat véritable et équilibré avec chacune des trois artistes, l’intention étant de collaborer et d’investir dans les membres de la communauté artistique qui s’engagent à faire face et à résoudre ensemble les problèmes d’une industrie/communauté en mutation pendant et après la pandémie de COVID-19. Ces trois artistes représentent un ensemble diversifié de pratiques artistiques allant de l’installation à la performance en passant par la danse. Elles ont toutes largement exposé et ont été reconnues pour leur travail exceptionnel en recevant de nombreuses subventions et récompenses. Nous nous réjouissons de travailler avec elles au cours des prochaines années et il va sans dire qu’elles auront beaucoup à ajouter pour façonner le MAI et partager avec les publics les contributions uniques qu’elles apportent dans leurs nouveaux rôles.

 

© Angie Cheng

Angie Cheng est une artiste en danse basée à Tiohtiá:ke/Mooniyang/Montréal. 

Les processus de création collaborative sont à la base de ses recherches en cours sur la performance ; elle étudie l’espace liminal entre le processus créatif et l’événement de performance, entre le spectateur et l’interprète. Les compréhensions corporelles et spécifiques qui découlent de ces recherches façonnent ses questions et engagements actuels, tant dans son propre travail qu’avec d’autres. Elle s’est également engagée activement dans la communauté de la danse contemporaine dans les conversations sur l’inclusion, la diversité et l’accessibilité. Il ne s’agit pas seulement de ce que nous faisons en tant qu’artistes, mais aussi de la manière dont nous le faisons. Elle s’engage à pratiquer le consentement, le respect et l’accessibilité : l’attention portée à la façon dont nous sommes ensemble dans tout ce qu’elle entreprend. 

En tant qu’artiste et militante, Angie a joué un rôle central dans la résolution des problèmes d’appropriation culturelle, notamment en participant à une table ronde critique sur l’appropriation culturelle et le racisme systémique organisée par le MAI en novembre 20, qui a été vue plus de 10 000 fois sur Facebook à ce jour. En outre, elle a présenté, avec ses collaborateurs Winnie Ho et Chi Long, Seeds cast afar from our roots, une confluence d’expériences diasporiques asiatiques dans le cadre de la saison 2018/2019 du MAI.

 

© Stefan Petersen

Lara Kramer est une performeuse, chorégraphe et artiste multidisciplinaire d’héritage mixte Oji-cree et colon, basée à Tiohtiá:ke/Mooniyang/Montréal. Au cours des treize dernières années, son travail chorégraphique, ses recherches et son travail sur le terrain ont été fondés sur les relations intergénérationnelles, le savoir intergénérationnel et les répercussions des pensionnats indiens du Canada. Ses créations sous forme de danse, de performance et d’installation ont été présentées au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Martinique, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Lara Kramer a été nommée défenseur des droits de l’homme par le Centre commémoratif de l’Holocauste à Montréal (2012) à la suite de la tournée nationale de son œuvre Fragments, inspirée des histoires de sa mère et de son expérience en tant que survivante des pensionnats indiens du Canada. Elle a participé à plusieurs résidences, notamment au Musée des pensionnats indiens du Canada à Portage la Prairie, au Manitoba. Lara Kramer est une artiste associée du Centre de Création O Vertigo – CCOV depuis 2021. 

Lara a été présentée pour la première fois au MAI en 2011. Of Good Moral Character, une articulation de la sensualité, de la vulnérabilité et de la rage, interprétée aux côtés de Lael Stellack, a fait partie de la saison 2011/2012 du MAI, et a été soutenue en partie par Alliance, le programme de mentorat du MAI. En 2017, Lara a assuré le commissariat de Welcome to Indian Country pour le MAI dans le cadre d’Eclectik, où elle a présenté en première This Time Will Be Different, créé avec Émilie Monnet, et de nouveau en 2018 avec l’exposition et les performances intitulées Phantom Still & Vibrations présentées en association avec le FTA. Enfin, le MAI s’est associé à Lara et Dazibao pour présenter le projet satellite In Blankets, Herds and Ghosts (2021).

 

© Shaleen Ladha

Alexandra ‘Spicey’ Landé est une chorégraphe montréalaise et figure majeure de la danse hip-hop au Québec depuis 2005. Elle puise sa matière première dans la danse et la culture Hip-Hop dont elle n’a de cesse d’élargir le champ d’exploration.  À titre de chorégraphe indépendante, ‘Spicey’ présente trois œuvres au Québec entre 2008 et 2015 dont Retrospek, une œuvre remarquée qui influence une génération de street dancers montréalais. Dans le même temps, le Festival Bust A Move qu’elle a fondé en 2005 (jusque 2015) s’impose comme la plus grande compétition de danses de rue au Canada ; la TOHU en devient le co-présentateur.  Désirant pousser loin ses aspirations artistiques, et faire rayonner la création en street dance sur les scènes de danse contemporaine, ‘Spicey’ fonde en 2015 la compagnie Ebnflōh. Elle y aborde le langage hip-hop sous un nouvel angle chorégraphique, à la fois exploratoire, original et authentique, entourée de complices et de pairs qui alimentent le processus créatif. La compagnie imagine de nouvelles façons de créer et de partager ses réflexions sur des enjeux sociaux, politiques et artistiques. Spicey crée Complexe R au MAI en 2015, une œuvre inspirée de nos obsessions humaines. Le spectacle voyage jusqu’à New York et Amsterdam. En 2019, elle présente In-Ward, avec 6 interprètes, co-produit avec le CCOV.  Sa dernière création La probabilité du Néant a été présenté en ouverture de saison chez Danse Danse en Oct 2021.

Quatre fois depuis 2008, Alexandra ‘Spicey’ Landé a honoré la scène du MAI avec l’une de ses œuvres. En 2008, elle a présenté Retrospek et en 2011, dans le cadre d’Eclectik’, elle a créé Renézance. Cette création a été suivie en 2015 par Complexe R, une œuvre qui soulignait sa quête permanente de décloisonnement et de réorganisation des hiérarchies de la danse. In-Ward arrive en 2019, et avec cette œuvre formidable, elle reçoit le Prix de la Danse de Montréal, catégorie Découverte, et In-Ward est aussi finaliste du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal en 2020.

 

Annonces

Vidéo récap 20.21

𝐎𝐔𝐈,
𝐋’𝐀𝐑𝐁𝐑𝐄 𝐞𝐬𝐭 𝐭𝐨𝐦𝐛é 𝐃𝐀𝐍𝐒 𝐋𝐀 𝐅𝐎𝐑Ê𝐓
𝐄𝐓 𝐎𝐔𝐈,
𝐈𝐋 𝐚 𝐟𝐚𝐢𝐭 𝐝𝐮 𝐁𝐑𝐔𝐈𝐓,
𝐮𝐧 𝐛𝐫𝐮𝐢𝐭 𝐀𝐒𝐒𝐎𝐔𝐑𝐃𝐈𝐒𝐒𝐀𝐍𝐓…

 




 

Le MAI a demandé à l’artiste 𝐀𝐥𝐞𝐣𝐚𝐧𝐝𝐫𝐨 𝐝𝐞 𝐋é𝐨𝐧 (sur une musique de 𝐌ì𝐜𝐡 𝐂𝐨𝐭𝐚 / 𝐊ì𝐳𝐢𝐬 ) de capture, par le biais d’une vidéo, la saison 2020/2021, une année qui ne ressemble à aucune autre –
en contournant les défis tout en travaillant avec des artistes qui explorent les thèmes du soin et de la guérison mis en lumière par la pandémie, les systèmes d’oppression et l’urgence climatique, et en utilisant diverses plateformes.
Une version plus longue de cette œuvre, en double écran, peut être visionnée dans les vitrines du MAI à partir du 10 juillet, de 21h30 à 23h (vendredis, samedis et dimanches) jusqu’au 15 août.

Alliance – programme de soutien aux artistesAnnonces

Alliance : Séances d’information

Dessin: Thaïla Khampo

Lundi le 21 juin (en français)

mercredi le 23 juin (en anglais)

17h–18h30

Lieu 

Parc Léo-Parisseau, intersection avenue du Parc et Léo-Parisseau 

(carte : https://bit.ly/3ixCaLR

* Le parc se situe juste au nord du bâtiment du MAI 

(en cas de pluie, nous nous retrouverons dans le Café du MAI, 3680 rue Jeanne-Mance). 

 

RSVP : https://form.jotform.com/211617219799264

 

Venez découvrir Alliance, le programme de soutien aux artistes du MAI (précédemment nommé le programme d’accompagnement), en présence du coordonnateur du programme par intérim, Pablo Rodriguez. Renseignez-vous sur le fonctionnement du programme, les critères d’admissibilité, les dates de dépôt et les divers services offerts aux artistes par ce programme unique dans son genre.

Accueillant entre 10 et 15 artistes, collectifs et compagnies par année, Alliance offre aux participant.e.s un appui continu durant l’année ainsi qu’une allocation spéciale de fonds. Celle-ci vise l’élimination de barrières structurelles à la pleine participation aux arts et sert à couvrir une large gamme de services liés aux besoins, souhaits et expériences en matière d’apprentissage et de création des artistes. Cette séance d’information vous aidera à mieux comprendre le programme et à préparer une demande. 

Alliance s’adresse aux artistes autochtones (Premières Nations, Inuit, et Métis), aux artistes racisé.es (y compris les artistes récemment immigré.es), aux membres de la communauté LGBTQQIP2SAA+, et/ou artistes sourd.es, malentendant.es ou en situation de handicap. Plus sur le MAI

Projet financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal conclue entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, ainsi que par le Conseil des arts du Canada.

 

Annonces

Appel de projets!

Dessin: Thaïla Khampo

Nous avons le plaisir d’annoncer que l’appel de dossiers 2021-22 pour Alliance, le programme de soutien aux artistes du MAI, est désormais en ligne. Renseignez-vous sur le fonctionnement du programme, les critères d’admissibilité et nos nouveaux partenariats avec articule et Mandoline Hybride en visitant la page officielle de l’appel : http://mai.mystagingwebsite.com/callforsubmission/alliance/

Date limite : 8 juillet 2021

Alliance est un projet financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, ainsi que par le Conseil des arts du Canada.

Illustration © Thaïla Kampo

Annonces

Alliance : 20.21

Dessin: Thaïla Khampo

Le MAI (Montréal, arts interculturels) a la grande joie d’annoncer l’arrivée de la nouvelle cohorte d’Alliance

 

Alliance vise à éliminer les obstacles systémiques et structurels qui font barrage à la pleine participation des artistes aux arts. Le programme est financé par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal, ainsi que par le Conseil des arts du Canada.

 

20.21

 

Soroush Aram

arts visuels et performance, en collaboration avec Mandoline Hybride dans le cadre d’un accompagnement jumelé

Soroush Aram est un artiste visuel multidisciplinaire iranien œuvrant à Montréal. Après avoir terminé une formation en Beaux-Arts à l’Université de Téhéran en 2002, Soroush développe une esthétique particulière axée entre le dessin et l’art performatif, jonglant entre images du passé et rêves d’avenir.  

 

Cecilia Bracmort

commissariat en exposition

Cécilia Bracmort  est une artiste et commissaire franco-canadienne qui favorise dans son art et ses projets de commissaire le mélange des genres, la transdisciplinarité et l’expérimentation. À travers sa vision multifocale en lien avec ses «couches identitaires», ses projets créent des ponts entre des thèmes et des notions qui la touchent de près tels que l’histoire, la mémoire, l’identité, l’écologie ou la spiritualité.

 

Marbella Carlos

arts interdisciplinaires

Basée à Montréal et née à Manille, Marbella Carlos est artiste visuelle. Elle est titulaire d’une maîtrise en thérapies artistiques créatives (art-thérapie) de l’université Concordia, d’un baccalauréat en arts visuels (avec distinction) de l’université de Calgary et d’une licence en éducation des arts visuels (avec distinction) de l’université de Toronto.

 

Burcu Emeç

arts interdisciplinaires

La pratique artistique de Burcu est axée sur le soin, l’action politique et une curiosité rigoureuse. En tant que praticienne en arts vivants, sa démarche combine le commentaire social, l’écoute active, l’improvisation et l’art visuel. Son approche s’inscrit dans le décalage entre le poétique et le banal, subvertissant les codes de la performance et créant des tensions entre texte et image.

 

Ahmad Hamdan

théâtre

Diplômé de l’école supérieure de théâtre de l’UQAM en 2017, Ahmad Hamdan est comédien et habite à  Montréal. Il a interprété ses textes sur plusieurs scènes montréalaises, notamment celle de La Licorne dans le spectacle Foirée Montréalaise. Parallèlement à sa carrière d’acteur, un désir de raconter et de créer le mène vers l’écriture de courtes formes théâtrales.

 

Saba Heravi

arts interdisciplinaires

Basée à Tiohtiá:ke/ Montréal, Saba Heravi, l’artiste visuelle irano-canadienne déploie une pratique artistique axée sur le dessin, la céramique et la gravure. Elle a obtenu un BFA en arts plastiques à l’université Concordia en 2019.  Son travail explore la notion du chez-soi, de la mémoire et de l’identité, constituant en fin de compte une investigation de soi.

 

Victoria May

arts communautaires

Ayant un riche parcours de plus de 30 ans, Victoria May est danseuse, chorégraphe et enseignante. Elle a fait partie des compagnies Royal Winnipeg Ballet, Danse Kompagni de Göteborg, Danish Dance Theatre, et, en tant qu’interprète indépendante, pour Danse-Cité, Louise Bédard, Dominique Porte et Barbara Diabo, entre autres collaborations.

 

Amir Sám Nakhjavani

théâtre

Nominé pour le Prix META, Amir Sám Nakhjavani (il, lui) est un Montréalais multilingue et multidisciplinaire d’origine azerbaïdjanaise et iranienne. En tant qu’artiste de théâtre, il a travaillé avec le Centre Segal, Playwrights’ Workshop Montreal, Black Theatre Workshop, le Théâtre Tableau d’Hôte, le Théâtre Teesri Dunya et Infinithéâtre.

 

Diane Hau Yu Wong

commissariat en arts visuels, en collaboration avec articule dans le cadre d’un accompagnement jumelé

Habitant les territoires non cédés des Salish de la côte et le territoire de Tiohtiá: ke, Diane Hau Yu Wong est commissaire émergente et historienne de l’art. Elle a obtenu un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université Concordia en 2018. Sa pratique de commissaire et ses recherches reposent en grande partie sur son expérience en tant qu’immigrante de deuxième génération et sont imprégnées de l’intersection entre les identités communautaire et diasporique.

 

Nasim Lootij

danse

Chorégraphe, interprète, enseignante et notatrice Laban, Nasim Lootij a quitté l’Iran en 2006 pour étudier la danse à Paris. Depuis 2014 elle vit et travail à Montréal où elle a cofondé le collectif Vâtchik Danse avec Kiasa Nazeran, dramaturge et docteur en théâtre. Leurs sources d’inspiration : l’art et l’histoire sociopolitique de l’Iran, les courants modernes du débutdu vingtième siècle, entre autres l’expressionnisme allemand.

Annonces

Appel de projets!

Dessin: Thaïla Khampo

Nous avons le plaisir d’annoncer que l’appel de dossiers 2021-22 pour Alliance, le programme de soutien aux artistes du MAI, est désormais en ligne. Renseignez-vous sur le fonctionnement du programme, les critères d’admissibilité et nos nouveaux partenariats avec articule et Mandoline Hybride en visitant la page officielle de l’appel : http://mai.mystagingwebsite.com/callforsubmission/alliance/

Date limite : 8 juillet 2021

Alliance est un projet financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, ainsi que par le Conseil des arts du Canada.

Illustration © Thaïla Kampo

Annonces

Le MAI fier finaliste du 35e grand prix du CAM !

Montréal, le 14 janvier 2020 – Le Conseil des arts de Montréal est heureux de dévoiler les finalistes de son prestigieux Grand Prix dont la 35e édition se déroulera le 19 mars 2020 au Palais des Congrès de Montréal. Chacun des finalistes sélectionnés a contribué de façon exceptionnelle à la vitalité artistique de Montréal en 2019.

MAI (Montréal, arts interculturels) pour sa saison 2019 au cours de laquelle il a su s’imposer comme un véritable lieu d’échange célébrant la multiplicité des disciplines et des dialogues. Solide tremplin pour les artistes pluriculturels tant locaux qu’internationaux, le MAI a présenté des événements uniques tels que la série Black.Art.Empowerment consacrée aux arts des communautés afro-descendantes et orchestrée par Rhodnie Désir, ainsi que Et si on réimaginait le monde ? une conférence portant sur les pratiques des artistes sourd.e.s et handicapé.e.s.

Alchimies, Créations et Cultures pour l’époustouflant concert d’ouverture du Festival du Monde Arabe intitulé Et la femme chanta Dieu. Cette rencontre entre trois chants sacrés – juif, musulman et chrétien – dirigée et interprétée par des femmes a été une véritable messe des arts liturgiques réunissant trois solistes de haut calibre et plus de 25 musiciennes, choristes et danseuses sous la direction artistique de Katia Makdissi-Warren.

Centre Segal des arts de la scène pour sa démarche inclusive entamée depuis plusieurs années, pour son expertise en théâtre musical, et pour sa programmation traitant d’enjeux sociaux en tous genres, prenant son envol avec la comédie musicale Children of God coproduite avec Urban Ink. La musique, les paroles, la mise en scène de Corey Payette, les interprétations courageuses et authentiques des comédiens, la démarche communautaire collaborative du projet, ainsi que ses activités auxiliaires ont su atteindre un vaste auditoire tout en traitant du sujet très sensible des pensionnats autochtones, en plus de créer des ponts entre des œuvres et des gens de toutes les communautés.

Communication-Jeunesse pour le projet À la rencontre des Premières Nations portant sur l’identité autochtone et la réconciliation ainsi que pour leurs résidences de création ayant permis à six créateurs et créatrices autochtones de rencontrer de jeunes écoliers aux quatre coins du Québec.

Compagnie de danse Ebnflōh pour In-Ward, une œuvre chorégraphique puissante qui se déploie sans compromis mettant en scène six interprètes engagés. Une création ancrée dans le Hip Hop, de l’organisme fondé par Alexandra « Spicey » Landé. Tout simplement remarquable.

La Chapelle Scènes Contemporaines et TOHU, cité des arts du cirque pour la première édition de L’autre cirque, une nouvelle plateforme de diffusion pour les arts circassiens de petites et moyennes formes et une place de choix pour le cirque d’auteur.e où l’expérimentation est à l’honneur.

MAI (Montréal, arts interculturels) pour sa saison 2019 au cours de laquelle il a su s’imposer comme un véritable lieu d’échange célébrant la multiplicité des disciplines et des dialogues. Solide tremplin pour les artistes pluriculturels tant locaux qu’internationaux, le MAI a présenté des événements uniques tels que la série Black.Art.Empowerment consacrée aux arts des communautés afro-descendantes et orchestrée par Rhodnie Désir, ainsi que Et si on réimaginait le monde ? une conférence portant sur les pratiques des artistes sourd.e.s et handicapé.e.s.

MOMENTA | Biennale de l’image pour la grande cohérence de son édition 2019, sa programmation artistique ayant su fédérer toute la communauté des arts visuels de Montréal et refléter avec brio la diversité des démarches d’artistes issu.e.s des scènes locale, nationale et internationale.

MUTEK pour sa programmation riche et diversifiée, la grande cohérence sur le plan conceptuel de cette édition qui marque ses 20 ans et qui a connu un record d’assistance, en plus d’élargir la portée du festival dans de nouveaux lieux tout en créant des ponts entre art et industrie.

Toxique Trottoir pour une année exceptionnelle au cœur de la mobilisation citoyenne et une présence vivifiante qui a animé les quartiers, et rassemblé 4500 citoyens de tout âge, origine et classe sociale avec Ça baigne dans l’EstLa Brigade des embellisseurs poétiques et le spectacle Aquaphonie.

Le Grand Prix du Conseil des arts de Montréal
Chaque année depuis 1985, le Grand Prix du Conseil des arts de Montréal reconnaît l’excellence et la contribution remarquable d’une organisation artistique. MU, l’Orchestre Métropolitain, Cas Public et Les 7 doigts sont quelques-uns des lauréats qui ont contribué à bâtir la culture créative et innovatrice de Montréal célébrée lors de cet événement. Le dévoilement du lauréat a lieu lors d’un déjeuner qui réunit chaque année les milieux de la culture, des affaires et du monde municipal.