complices

Sarah Elola

danse

Récipiendaire de la Bourse Vivacité du CALQ et du programme d’accompagnement jumelé MAI-CAM pour son solo La Pileuse, Sarah Elola a teinté ses quinze premières années d’une vie africaine kaléidoscopique, rurale et urbaine, traditionnelle et moderne. Là-bas, quand on peut marcher, on peut aussi danser. C’est donc dans la savane du pays des Hommes Intègres, dans son Burkina Faso natal, ainsi qu’en Côte d’Ivoire qu’elle est nourrie de la rythmique, des danses, chants, et musiques, à la vie de tous les jours.

Admise en 2014 au Programme d’Entraînement et de Formation Artistique et Professionnelle en Danse Africaine du centre Nyata Nyata (Prix de la Diversité 2015 du Conseil des Arts de Montréal), elle y aiguise sa pratique et sa réflexion chorégraphique. Elle intègre également la compagnie comme interprète dans Mozongi, œuvre-phare lauréate du 30e Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal, pour une tournée au Congo en octobre 2015.

Pour Eclectik 2016 au MAI, elle crée son premier solo Dans le ventre de l’éléphant marron qu’elle présentera également au Forum Social Mondial en août 2016, ainsi qu’au FIDO (Festival de danse international de Ouagadougou) en février 2017. En novembre 2017, elle présente en primeur La Pileuse au MAI, une création acclamée par le public et la critique.