© Matt Macintosh et Keesic Douglas

Pitching Tents in Terra Nullius


Matt Macintosh (Kamloops, BC) + Keesic Douglas (Rama First Nation, Ontario)


7 avr. – 14 mai 2016




Vernissage : jeudi le 7 avril – 17h

À la faveur de leur première collaboration, Matt Macintosh et Keesic Douglas imaginent avec l’exposition Pitching Tents in Terra Nullius, un futur pas si lointain – d’une trentaine d’années –, une docu-fiction d’anticipation post-apocalyptique.

Les oeuvres de Pitching Tents in Terra Nullius examinent les matières premières et les conditions élémentaires – des histoires, de la survie – pour recenser les occasions d’échanges fructueux en plein coeur des différends territoriaux. Pitching Tents… est un clin d’oeil qui se veut prudent et interrogateur à la représentation que le Groupe des Sept fait de notre planète – une terra nullius –, un territoire sans gouvernement, sans nation et exempt de tout signe de vie.

Après la fin de la civilisation et la quasi-extinction de la vie sur Terre commence pour les artistes un processus de réapprentissage et de survie. L’un restera attaché à des notions pré-apocalyptiques comme l’individualité et l’identité. L’autre s’en détachera, privilégiant l’expérience et la redécouverte fondamentale. C’est dans cette dialectique que leur existence se développera et se redéfinira.

Expression latine issue de la législation romaine, Terra Nullius renvoie aux concepts de propriété foncière et de gouvernance d’un territoire. On l’utilise pour décrire la colonisation de l’Amérique du Nord par les Européens.

Douglas et Macintosh proposent une allégorie faite des signes, des symboles et de pratiques qui ont trait au camping. Le camping constitue un droit de passage traditionnel pour les familles blanches de classe moyenne ainsi qu’une source de perplexité chez les peuples des Premières Nations. Les artistes altèrent l’histoire du camping et la décalent vers une apocalypse anodine où les repères historiques et la souveraineté existent en tant qu’éléments témoins et projections culturelles.

L’exposition Pitching Tents in Terra Nullius est présentée dans le cadre de l’événement RAOTIHÓN:TSA – Focus sur la création contemporaine des Premières Nations, une initiative de La Chapelle.

Cette manifestation se décline en plusieurs évènements et regroupe le Conseil des arts de Montréal, le Monument National, LA CENTRALE galerie Powerhouse, Wapikoni mobile, le Centre Phi et le MAI.

Matt Macintosh réside à Kamloops et travaille avec des images et des objets trouvés tout en conjuguant peinture, vidéo et sons. Ses œuvres explorent les effets de l’effacement, de la systématisation et de la répétition qui émanent d’artefacts culturels; des effets liés aux expériences humaines fondamentales comme le désir l’émancipation. Actuellement conservateur au Kamloops Museum and Archives, il a exposé ses œuvres au Canada et aux États-Unis.

Artiste ojibwé, Keesic Douglas est issu de la Première nation de Rama qu’on retrouve au centre de l’Ontario. Sa pratique met l’accent sur la photographie, la vidéo et la performance et s’intéresse à des thèmes comme l’histoire, l’identité, la représentation et l’environnement d’un point de vue autochtone. Il présenté ses œuvres dans le cadre d’expositions solos à Winnipeg et à Toronto et à l’occasion d’expositions de groupe à Prague, Mexico, Vancouver, Montréal et New York.

« The way Douglas’s work challenges viewer perceptions of self and other is in step with the other works in the show. » – CANADIAN ART



« | »

Ville de Montréal Conseil des arts du Canada Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine Ministère du patrimoine canadien | Department of Canadian Heritage     Conseil des arts et des lettres du Québec     Emploi-Québec


Les oeuvres apparaissant sur ce site sont protégées par les lois sur les droits d'auteur. Toute reproduction est strictement interdite. | © 2012-2014 MAI